Test de la HP Slate 7

DSC_0015

Présenté lors du Mobile World Congress de Barcelone en février dernier, la tablette HP Slate 7 est disponible en France depuis quelques jours, l’occasion pour nous de la tester plus en détail. Une tablette qui n’a guère évolué depuis sa présentation et qui si elle était bien placée en début d’année les peut-être un peu moins maintenant ? La réponse dans notre test !

  • Contenu de la boite

Dans la boite de la Slate 7 on retrouve bien entendu la tablette, un câble micro USB pour assurer le transfert de fichiers avec un ordinateur et un adaptateur secteur pour la recharge de l’appareil. On trouve également un guide de démarrage rapide, mais en revanche pas d’écouteurs.

  • Prise en main

Comme toutes les tablettes de 7 pouces, la Slate 7 est pensée pour être utilisée avec une seule main. Seulement cette affirmation est légèrement faussée par le poids de la tablette qui pèse tout de même 375 grammes quand la Nexus 2013 ne pèse que 300 grammes. Peut-être me direz-vous qu’il n’y a que 75 grammes d’écart, mais c’est vraiment la première chose qui m’a marqué la première fois que j’ai eu la tablette en main !

À part ce problème de poids, la tablette est bien construite et tient bien en main avec une surface arrière soft touch qui rend la prise en main agréable. On retrouve sur la face avant l’écran ainsi que la caméra frontale alors que HP a fait le choix de ne pas doter sa tablette de boutons physiques préférant ainsi des boutons intégrés à l’écran. On constate en revanche que les bords au tour de l’écran sont assez larges alors que la tendance va plutôt à les réduire afin de gagner de la place.

DSC_0016

Sur la tranche gauche se trouvent les boutons de volume alors que la tranche droite elle est entièrement vide de boutons. La tranche supérieure, elle, est en revanche dotée d’un port  micro SD capable de gérer jusqu’à 32Go de 32 Go supplémentaires, d’un micro, du bouton de mise en veille ainsi que d’une prise casque au format jack 3,5mm. Le dessous de la tablette récupère le port Micro USB servant à la recharge de l’appareil ainsi que deux haut-parleurs stéréo.

Enfin, on trouve à l’arrière de la tablette l’appareil photo, mais pas de flash, le logo HP qui s’intègre très bien dans la surface Touch Soft et est lui en métal, mais aussi le nom de la tablette en bas. Tout cela confère à cette tablette une impression de solidité que n’ont pas forcément les autres modèles.

DSC_0013

  • Écran et son

Vraiment pas de miracle au niveau de l’écran de cette tablette qui dispose d’un écran capacitif TFT d’une résolution de 1024 x 600 pixels. C’est très clairement en dessous des autres tablettes dans la même gamme de prix qui propose au moins de la HD voir même maintenant pour quelques dizaines d’euros de plus une dalle Full HD comme c’est le cas de la Nexus 7 2013. Cet écran a une fâcheuse tendance à laisser apparaître les traces de doigt et est trop souvent victime de reflets.

Malgré ce constat il faut avouer que les couleurs apparaissent assez vraies et même si le niveau de contraste est bien loin de celui que l’on pourrait avoir avec un écran AMOLED on peut se laisser prendre. En revanche, les noirs sont tout sauf noirs et se rapproche du gris foncé. La gestion de la luminosité elle est assez correcte.

Au niveau du son, HP indique qu’il est réalisé en partenariat avec Beats, la célèbre marque de casque qui travaille main dans la main avec HP depuis maintenant quelques années. Malgré cela, au vu du prix de la tablette pas de quoi espérer des miracles. Pourtant, la qualité du son s’avère meilleure que sur une grande majorité des tablettes à ce prix, un gain en qualité certainement due au fait que HP est choisi de placer un haut-parleur stéréo dans sa tablette.

  • Performances et utilisation

Encore une fois il se trouve qu’au niveau des performances la Slate 7 est en dessous de la concurrence : avec son processeur Dual-Core ARM Cortex A9 MP cadencé à 1,4GHz et ses 512Ko de RAM il ne faut pas s’attendre à des merveilles et pourtant la nouvelle tablette de chez HP peut surprendre ! Si l’on sent clairement des ralentissements lorsque l’on demande à Slate de charger une page web lourde ou même lorsque l’on passe d’une page d’applications à l’autre elle s’en tire plutôt bien pour les jeux.

En effet il est possible de jouer sans problèmes ni ralentissements à des jeux tels que Angry Birds et plus étonnant encore de jouer à des jeux 3D. Lors de nos tests, la tablette n’a jamais ralenti lors de l’utilisation de tels jeux alors qu’elle ralentit pour des taches plus classiques. Bref, assez étonnant !

DSC_0007

Du côté du système d’exploitation la Slate 7 tourne sous Android 4.1.1 Jelly Bean c’est-à-dire pas la dernière version. Une version d’Android livré ici sans aucun rajout de la part du constructeur ce qui permet de découvrir Android tel qu’il est sur les appareils Nexus.

Enfin et pour terminer cette rubrique utilisation : un petit mot sur l’autonomie de cette tablette qui avec sa batterie de 3 620mAh est correcte, mais sans plus. Dans une utilisation modérée avec une luminosité moyenne il est possible de tenir jusqu’à deux jours, mais en utilisation intensive il ne faut pas espérer dépasser les 5 heures loin d’une prise de courant !

  • Photos et vidéo

Avec son capteur de 3MPixels quand la concurrence est passée sur du 5MPixels, la Slate 7 fait des photos correctes en extérieur avec un sujet fixe, mais lorsque l’on essaye de prendre des photos en intérieur ou avec un sujet mobile il ‘y a plus grand-chose espérer si ce n’est des pixels et du flou.

DSC_0010

La caméra avant de 0,3MPixels assure correctement son travail pour faire des visioconférences, mais rien de plus et il ne faut pas espérer faire des photos avec. L’application photo proposée est d’ailleurs assez sommaire et ne propose que très peu de réglages.

  • Conclusion

Si la Slate 7 était une bonne tablette lors de son annonce en février dernier, la concurrence à depuis largement évolué alors que cette tablette, non. Dommage donc pour HP qui est maintenant très en retard sur la concurrence que ce soit au niveau des performances, de la photo et même de l’autonomie. Pour 150€, cette tablette est donc en dessous de la concurrence et l’on ne saurait que vous conseiller de bien regarder du côté de chez Google qui avec le Nexus 7 2013 propose un produit très abouti pour pas tellement plus cher.