Wi-Fi dans le TGV en 2016 ou quand la politique part d’un tweet

tgv_98460_opt

Alors que la SNCF a annoncé ce matin son intention de proposer dès la fin 2016 sur ses lignes TGV du Wi-Fi et de la 4G gratuitement, les dessous de cette annonce, aussi politique que pratique, font réfléchir… Et pour cause, tout est parti d’un tweet de la Secrétaire d’État chargée du Numérique, Axelle Lemaire. La jeune ministre, très active sur Twitter – et qui tweet elle-même – poste, le 17 octobre, un message pour faire part de sa frustration :

Celle qui parcourt la France chaque semaine pour aller à la rencontre des écosystèmes locaux passe en effet de nombreuses heures dans le TGV, suffisamment pour déplorer l’absence de connexion internet stable. Et dès sa publication le tweet rencontre un écho inattendu : les quelques 50 000 abonnés d’Axelle Lemaire, le retweet massivement, les médias s’étonnent et s’amusent de cette politique version 2.0, et la SNCF répond quelques heures plus tard, elle aussi via son compte Twitter d’un « RDV est pris Madame la secrétaire d’état ! 😉« .

Une nouvelle façon de faire de la politique, une politique qui comme Axelle Lemaire serait capable de se mettre à l’heure du numérique et d’utiliser les outils qu’il met à disposition. Pour autant, l’objectif premier d’Axelle Lemaire n’était pas là au moment de publier ce fameux message. Comme elle l’expliquera quelques jours plus tard à nos confrères de Rue89 :

  • « [J’ai tweeté, ndlr] pour voir si j’étais la seule frustrée à essayer de me connecter dans le train/tester les réactions des twittos » ;
  • « pour recueillir les avis comparatifs de mes followers à l’étranger qui sont assez nombreux (ça n’a pas manqué) » ;
  • « pour mettre la pression politique & publique sur un dossier qui devrait avancer plus vite (paradoxal car la SNCF a bien pris le virage numérique). »

Le rendez-vous a bel et bien lieu et Axelle Lemaire rencontre Guillaume Pépy, patron de la SNCF à Bercy à peine un mois plus tard, le 21 novembre. Au menu comme se plait à l’annoncer la secrétaire d’État sur son réseau social favori : « services de connexion dans les trains, ouverture des données de transport, innovation ouverte« . Un moyen de permettre aux internautes de suivre l’avancée du dossier facilement.

Or, force est de constater qu’une fois ce déjeuner passé le dossier a avancé, vite. Un mois plus tard, fin décembre, Axelle Lemaire annonce elle même que la SNCF va lancer un appel d’offres dans le courant du mois de février, appel d’offres qui portera notamment sur la mise en place d’un service de connexion à bord des TGV.

Nous voilà donc arrivés aujourd’hui, 10 février 2015, jour où la SNCF a annoncé qu’un service de connexion Wi-Fi et 4G serait proposé gratuitement sur l’ensemble des lignes TGV à partir de la fin 2016. En détails, seule la ligne Paris-Lyon sera équipée dès la fin 2016, les lignes Paris-Est et Paris-Bordeaux devront, elles, patienter jusqu’à la mi-2017. Une nouvelle qui devrait réjouir nombre de voyageurs…

Il aura donc fallu attendre 12 ans pour voir une connexion internet arriver dans les trains et un tweet pour relancer le dossier. Une belle illustration de ce que pourrait être la politique 2.0 et la République Numérique que défend Axelle Lemaire depuis son arrivée à Bercy au printemps dernier. Ou comment la politique peut partir d’un tweet…