Test de la Samsung Galaxy Gear

DSC_7644

Première montre connectée de Samsung et non première montre connectée du marché comme certains on pu le dire, la Galaxy Gear de Samsung arrive dans un marché de niche, un marché qui cherche encore sa clientèle et parfois même son intérêt pur et dur. Cette montre qui se positionne sur un segment haut de gamme au vu de son prix qui avoisine avec les 300€, est-elle convaincante aussi bien sur le plan des fonctionnalités que sur le plan, de la simplicité qui reste quand même l’un des principaux avantages des montres connectés ? La réponse dans notre test !

  • Contenu de la boite et compatibilité

Contrairement à nos boites de smartphones habituels, la boite de la Galaxy Gear contient bien entendu la montre mais également une coque de recharge, Samsung ayant fait le choix, ou plutôt n’ayant pas eu d’autre choix, pour permettre de faire une montre de taille raisonnable. Cette coque enveloppant la montre est indispensable pour la recharger, car c’est sur elle que se trouve le port Micro USB ! Autre accessoire contenu dans la boite : un adaptateur secteur pour la recharge.

Prévue au départ pour fonctionner uniquement avec le Galaxy Note 3, la Galaxy Gear étant peu à peu sa comptabilité et permet désormais de s’appairer avec les Galaxy S4, S3 et Note 2. D’autres modèles comme le Galaxy Mega, le Galaxy S4 mini… seront compatibles dans les prochains jours afin de cibler un public plus large.

  • Caractéristiques techniques

Ecran AMOLED de 1,6 pouces
Fonctionne sous Android Jelly Bean 4.2.2
Processeur Exynos 800 MHz.
Accélèromètre, podomètre, gyroscope.
Notifications messagerie : SMS, MMS, emails, réseaux sociaux.
Bluetooth 4.0
Apareil photo 1.9 mégapixels – Vidéo HD (720p).
Lecteur audio.
RAM : 512 Mo.
Autonomie annoncée en utilisation : 25h.
Dimensions : 36.8 x 56.6 x 11.1 mm.
Poids : 73.8 gr.
Haut parleur : 1 – Réduction du bruit ambiant.
Services : Smart Relay, S Voice, S Translator, Find my Phone, S Health, assistant sécurité..

  • Design

Si nous avons testé la version blanche de la montre, la Galaxy Gear est disponible en six coloris (blanc au cadran chrome, blanc au cardan cuivre, noir, orange, jaune et marron). La montre est bien finie et même si ce n’est qu’un critère subjectif est plutôt jolie. Autre bon point : la montre est légère et agréable à porter au poignet ce qui n’est pas forcément le cas de toutes les autres smartwatchs. La taille de la montre reste également raisonnable et ne choc pas, même si l’écran montre bien que l’on n’a pas à faire à une montre classique.

La montre n’est dotée que d’un seul bouton physique, sur le côté droit, bouton qui à la manière du bouton central sur les smartphones Galaxy permet de revenir à l’horloge. Sur le bracelet se trouve le capteur photo qui s’il dépasse légèrement reste discret et bien intégré. Enfin, on trouve sur le fermoir, le haut-parleur, un micro et le logo de Samsung. Seul point négatif de la version blanche que nous avons testé : le bracelet se sali très facilement et nous ne pouvons donc que vous conseiller d’opter pour la version noir, ou la version marron.

  • Appairage

Si seulement tout pouvait être simple, c’est un peu comme cela que se résume l’appairage de la Galaxy Gear avec votre smartphone ! Outre le fait que l’appairage n’est absolument pas intuitif (il m’a tout de même fallu regarder la notice), les explications que donne Samsung dans sa notice son comment dire : « pas clair du tout » ! Ainsi, en lisant la notice voici ce que Samsung nous dit pour connecter la montre au smartphone :

Pour connecter l’appareil à un autre appareil mobile connecté utilisez la station d’accueil qui dispose d’une étiquette NFC et d’une adresse Bluetooth intégrée correspondant à votre appareil.

Comme certains diraient : « Ca c’est de l’info ! » ! En clair et après avoir passé une bonne vingtaine de minutes à chercher comment relier la montre au smartphone, voilà comment faire : insérer la montre dans la coque servant à la recharge, activez le NFC sur votre mobile, et approchez la montre du dos de votre Galaxy Note ou Galaxy S.

A cet instant, le smartphone détecte la montre et vous propose de l’appairer en Bluetooth, une fois cette appairage effectué il vous reste encore à vous rendre dans le Samsung App Store et à créer un compte si vous n’en n’avez pas encore un afin de pouvoir télécharger l’application Gear Manager qui vous permettra de gérer votre montre.

  • Gear Manager

Une fois que vous aurez réussi à connecter la montre à votre mobile, vous pourrez la gérer et la configurer directement depuis l’application Gear Manager. Cette application vous permettra de régler l’intervalle entre la synchronisation du smartphone et de la montre pour certains points comme le podomètre mais surtout vous pourrez choisir quelles applications votre montre doit affichée.

Cette application vous pet également d’accéder à la partie dédiée à la Galaxy Gear du store de Samsung afin de pouvoir télécharger des applications supplémentaires vous permettant d’augmenter le nombre de fonctions de votre montre. Malheureusement et même si nous allons revenir dessus dans la suite de notre test, cette section reste très limitée.

  • Utilisation

Parlons maintenant de la montre en elle même et de sa fonction première : donner l’heure. Il s’agit ici du premier bon point pour Samsung qui ne refait pas l’erreur de certains de ses concurrents. Il est en effet nécessaire sur la majorité des montres connectés d’appuyer sur un bouton pour afficher l’heure, ici, il suffit de regarder la montre pour que l’heure s’affiche, et force est de constater que la détection fonctionne plutôt bien ! Toutefois, si jamais l’heure ne s’affichait pas il vous suffit d’appuyer sur le bouton pour que cela fonctionne.

Autre avantage de cet écran, que l’on pourrait qualifier d’écran d’accueil de la montre : il vous permet d’afficher une autre information en plus de l’heure. Vous pouvez selon vos besoins, y rajouter la date du jour, ou bien le nombre de pas parcourus depuis le début de la journée. Le format d’affichage de l’heure est également modifiable afin de pouvoir avoir l’heure au format numérique ou bien avec des aiguilles.

Puisque nous avons commencé à parler du nombre de pas, cette montre intègre S Health, si votre smartphone est compatible avec cette fonction. La montre peut donc servir de podomètre et compte grâce à un capteur intégré et non grâce au capteur du mobile, le nombre de pas réalisés, le nombre de calories brûlées ainsi que la distance parcourues. Ces chiffres sont ensuite synchroniser avec votre Galaxy dans votre poche selon la fréquence que vous avez déterminez dans Gear Manager.

Malgré cela l’intérêt de la Galaxy Gear est censé venir de son système de notification et de sa gestion des appels. En effet, lorsque vous recevez une notification, celle-ci s’affiche immédiatement sur l’écran de la montre. Malheureusement cette fonctionnalité est en réalité très limitée ! Prenons quelques exemples : vous recevez un SMS sur votre mobile, la montre affiche alors sur son écran l’icone SMS ainsi que le nom de l’expéditeur du message, en appuyant dessus il vous est alors possible de lire le message qui vous a été envoyé mais il n’est possible d’y répondre qu’en sortant votre mobile de votre poche ou de votre sac !

Autre exemple, vous recevez un mail, dans ce cas l’intérêt de la montre est encore plus limité car il ne vous est pas possible d’en connaitre l’expéditeur ni même l’objet. Dans ce cas précis, le seul intérêt de la montre est de vous informer que vous avez reçu un mail mais pour en savoir plus il vous faut sortir votre Galaxy Note ou Galaxy S de votre poche.

Pour ce qui est des appels, la fonctionnalité est légèrement plus avancée. En effet, lorsque que quelqu’un vous appel, il est possible de répondre ou non directement depuis la montre grâce au micro et au haut-parleur intégré dans le fermoir de la montre. L’opération inverse est également possible puisqu’il est possible de composer un numéro de portable depuis l’écran de la montre via l’application téléphone, ou bien de choisir le numéro de l’un de vos contacts depuis l’application Contacts de la montre. Si ce n’est que vous aurez l’air complètement à parler à votre montre dans la rue et que les gens autour de vous entendrons ce que votre correspondant vous dit, la fonction marche bien.

Parlons maintenant de l’appareil photo, de la Gear : situé sur le bracelet de la montre, le capteur de 1,9MPixels vous permet de prendre des photos d’une qualité surprenante. Même si on reste loin de la qualité des photos faites avec un smartphone de dernière génération, les clichés sont de bonnes qualité si les conditions de lumières sont satisfaisantes. Il est également possible de tourner des vidéos (4 minutes maximum) en HD 720p. Bon point : les photos et vidéos faites avec la montre sont par la suite immédiatement envoyés sur le smartphone grâce à la connexion Bluetooth.

La Galaxy Gear permet également de contrôler sa musique grâce à l’application multimédia. Il est ainsi possible de passer d’un titre à une autre, de mettre la lecture en pause et de modifier le volume. D’autres applications sont également disponible avec la montre à savoir : une application de météo, un chronomètre, un mémo vocal, une application galerie, une application S Voice, une application Contact… A noter ka possibilité de télécharger d’autres applications depuis une rubrique dédiée du Samsung App Store via Gear Manager.

  • Autonomie

Voici l’un des points les plus important pour une montre connectée : son autonomie ! En effet, s’il est déjà pénible de devoir recharger son smartphone chaque soir quoi de plus pénible que de devoir également recharger sa montre ! Samsung l’a plutôt bien compris et nous présente une montre avec une autonomie moyenne de trois jours ce qui est dans la moyenne des montres connectés. On ne peut tout de même que regretter que Samsung n’est pas trouvé une solution afin de nous proposer une montre avec une semaine d’autonomie mais cela sera surement possible dans quelques mois, du moins on l’espère.

L’autre point important vient de l’impact sur l’autonomie du smartphone. Dans notre cas, nous avons testé la montre avec un Galaxy Note 3, et nous avons remarqué, malgré l’