Numericable/SFR peut-il vraiment racheter Bouygues Telecom ?

numericable

Tout est parti d’une petite phrase. Lorsque Dexter Goei, directeur général d’Altice, a lancé depuis Barcelone, où il se trouvait à l’occasion d’une conférence internationale : « Nous sommes en train d’intégrer SFR, mais si nous recevons un appel de Bouygues, vendredi, pourquoi pas ? » Plus que cela, Altice se considère même comme « l’acheteur naturel » de Bouygues Telecom indiquant que « Nous avons une importante base de revenus, donc il y aurait un important potentiel de synergies. »

Il n’en aura pas fallu plus pour que les médias s’emballent et commencent à annoncer que Altice (maison mère de Numericable-SFR) voulait racheter le troisième opérateur mobile français. Hier, vendredi, on pouvait ainsi lire sur le site de Libération, « Après SFR, Bouygues au dessert de Drahi » (Patrick Drahi est le président d’Altice) ou encore « Altice déclare sa flamme à Bouygues Telecom » sur le site Sillicon.fr ou encore « Et si Numericable rachetait Bouygues » sur le site du magazine Ere Numérique. Pourtant, Altice peut-il vraiment espérer pouvoir racheter Bouygues Telecom ?

Un problème évident de concurrence…

Or, la réponse à cette question semble assez évidente : non ! Comment imaginer en effet que l’autorité de la concurrence qui aura bien évidemment son mot à dire si une telle transaction devait se produire puisse valider le rachat du troisième opérateur mobile par le deuxième. Une telle fusion engendrerait en effet la création du plus puissant des opérateurs mobiles loin devant Orange ce qui est déjà le cas sur le fixe depuis l’alliance entre Numericable et SFR qui place Altice en position de leader dans le monde du très haut débit fixe.

Une telle fusion entre Numericable, SFR et Bouygues Telecom entraînerait donc la création du plus important des opérateurs à la fois sur le fixe et sur le mobile ce qui placerait Orange en position de suiveur, et pire encore reviendrait à marginaliser Free ce que l’autorité de la concurrence ne pourrait accepter. Si sur le plan financier une telle fusion pourrait sembler possible, elle ne l’est en revanche absolument pas sur le plan de la concurrence et une telle alliance parait donc fort peu probable.

Bouygues Telecom