Une quatrième aventure décoiffante pour la série Far Cry

far cry 4

Prenez un psychopathe, ajoutez lui une coupe blonde platine et un costume coloré spécial « animateur de jeux télé des années 90 ». Versez l’ensemble dans une jungle perdue en Asie, truffée d’animaux sauvages. Complétez avec des temples et une guerre sans merci et vous obtenez Far Cry 4, l’autre bombe de la fin de l’année, signée Ubisoft.

Disponible sur les consoles de Sony, de Microsoft et sur PC, le quatrième épisode de la série met les joueurs dans la peau d’Ajay Ghale. Ce jeune homme, venu pour disperser les cendres de sa mère, se retrouvera obligé de lutter contre Pagan Min, un dictateur décalé et un brin ironique, afin de mettre un terme à la guerre civile qui ravage sa terre natale, Kyrat.

Un « GTA like » à la sauce curry

Calqué sur le modèle du troisième opus, Far Cry 4 dispose d’un open world d’inspiration indienne et de nombreuses activités pour occuper Ajay : chasse au tigre, pilotage de gyrocoptère, sabotage militaire ou encore délire multicolore dans le Kyrat du passé où il faudra affronter des esprits ancestraux. Pour parvenir à ses fins, le jeune guérillero possède un arsenal des plus variés, allant du simple couteau au lance grenade M79. Et il pourra compléter son entrainement en suivant la voie de l’éléphant ou la voie du tigre pour devenir un vrai guerrier.

Souffrant d’un mode coopératif restreint et de temps de chargement parfois trop longs, le jeu possède néanmoins une réalisation de qualité, aussi bien sur son scénario que sur ses graphismes. Avec une aventure principale d’une trentaine d’heures et une atmosphère dépaysante, Far Cry 4 réveillera l’instinct animal des aventuriers vidéo ludiques.