Test : The Bureau : XCOM Declassified

the-bureau-xcom-declassified-walkthrough

Sorti du studio de 2K Marin après un développement quelque peu houleux, The Bureau : XCOM Declassified est enfin arrivé, et cela n’est pas de bon augure. Annoncé premièrement comme un FPS dès 2010 par les développeurs de BioShock 2, le titre a ensuite subi plusieurs retards puis une refonte de son gameplay pour passer vers le TPS tactique. Malgré tout il ne faut pas tout jeter, car le jeu n’est pas mauvais, l’aventure nous propose toutefois une bonne dizaine d’heures de mission scénarisées, un gameplay caractéristique des TPS agrémenter d’une dimension tactique assez réussie et d’un peu de customisation. Enfilez votre costume trois-pièces, mettez vos chapeaux et a vos phasers.

  • Votre mission : Sauver votre pla …heu… pays 

Nous nous retrouvons en 1962 dans la peau de William Carter, un ancien agent de la CIA. C’est dans une ambiance de guerre froide que l’aventure démarre puisque l’on apprend assez vite que le gouvernement américain a créé face à la menace grandissante du Bloc Soviétique et de leurs agents infiltrés, un bureau chargé de prendre le relais si jamais l’Amérique était envahie par l’armée rouge. Ce n’est pas une invasion soviétique, mais bien une menace extraterrestre qui s’est abattue sur la Terre. Dès lors, vous n’aurez de cesse d’aller de ville en ville en passant par le QG, le « Bureau » de l’organisation XCOM pour sauver peu à peu la planète de cette invasion des petits êtres gris .

the-bureau-xcom-declassified-xbox-360-1366969489-001

L’univers dans lequel les missions sont effectuées possède un véritable cachet et vous immerge dans cette ambiance pleine de costumes, de cigarettes, de verres de whisky, et autres silos à missiles cachés en pleine campagne au sein de bunker, eux mêmes, cachés dans des fermes typiquement américaines, enfin le dépaysement sera totale. Il faut noter le soin apporté aux environnements (de villes dévastées, de cambrousse, etc.) qui en dépit d’une technique légèrement dépassée parviennent tout de même à nous séduire. De ce point de vue là, qu’il s’agisse du « Bureau », qui vous sert de hub ou du reste du monde, l’ambiance est de qualité et le background est habilement renforcé par des petits plus tels que des bandes audio ou des écrits.

De retour de mission vous pouvez vous balader dans le « bureau » et y faire quelques missions. On peut également y équiper le staff de tous les agents que vous avez recruté et que vous allez emmener sur le champ de bataille, mais n’oublier pas de bien équilibrer votre escouade et de la doter des dernières aptitudes débloquées.

  • Un TPS classique optimiser par la notion de tactique 

Cela dit il faut éviter toute méprise le titre offre tout de même une expérience à la troisième personne plutôt réussie, très « couloir et grandes zones » pour la progression et les gunfights. Les armes qu’elles soient humaine ou extraterrestre sont plutôt sympathiques et les divers pouvoirs accessibles sont tout aussi faciles à utiliser. Il ne s’agit pas d’un simple TPS, mais bien d’un third person shooter avec une dimension tactique plutôt prononcée grâce aux deux membres de votre escouade XCOM qui vous accompagneront durant vos missions. Évidemment, vous pourrez en recruter de nouveau afin de faire un roulement, et choisir leur aspect, classe, vêtements, et pouvoirs à débloquer au fil des grades. À ce propos, le jeu embarque un système de permadeath (mort permanente) pour vos coéquipiers et vous même qui s’avère quelque peu abusif et assez mal pensé. Si la mort d’un équipier est définitive, la vôtre quant à elle fera simplement recharger la partie, souvent juste avant le combat, vous évitant par exemple, de perdre un précieux compagnon grade 5 alors qu’il ne vous reste que des grades 1 en réserve !

The-Bureau-XCOM-Declassified-screenshot-2

Cet aspect de coopération introduit d’ailleurs un système de pause active bien pensée, vous permettant de mettre le temps au ralenti afin de parfaire votre stratégie, de gérer les déplacements de votre escouade et de donner vos ordres d’attaques et de ciblages. Cette coordination est d’ailleurs capitale pour gérer certains combats qui sont assez bien réalisés, mais manquent cruellement de challenge même contre des mi-boss disposant d’une grande résistance et d’armures qu’il faudra anéantir pièce par pièce.

  • Malgré tout un manque cruel de finition

Cette richesse dans l’immersion est malheureusement desservie par de petits détails assez récurrents qui viennent saper la cohérence de l’univers comme la synchronisation labiale qui est tout simplement catastrophique dans la version française ou encore les bobines audio des années 60 qui s’active comme par magie. Mais le plus frappant est l’absence d’explication de l’accès à toutes sortes de technologies extraterrestres dès le début de l’invasion, ou encore des cinématiques moins belles que le jeu lui même. Ce manque de finition au sein du jeu est fort dommage et c’est donc un résultat plutôt nuancé que nous offre les studios 2K Marin avec The Bureau : XCOM Declassified, mais le jeu est toujours aussi fun et son gameplay pourra tout de même ravir les joueurs.