Notre test de Diablo 3 sur console

Diablo_3_wallpaper

Avec ses 12 millions d’exemplaires vendus en moins d’un an et demi, Diablo III est bien évidement le Jeux PC de l’année 2012. Les joueurs de consoles de salon étaient quelques peu délaissés par la plus célébrée des licences de hack’n slash (jeu de rôle orienté action), mais c’est désormais terminé avec la sortie hier (3 septembre 2013) de Diablo III. Alors, préparez-vous l’enfer débarque sur vos consoles.

L’annonce de sa sortie sur console a surpris certains joueurs PC qui considèrent les hack’n slash comme un des sacro-saint des jeux PC, même si cela n’est pas la première fois, son petit frère Diablo I avait eu une version sur la PlayStation (1998). Mais cette version sortie sur la première console de Sony avait malheureusement certains défauts inhérents à la console (maniabilité, qualité graphique, des chargements a rallonge). Aujourd’hui et pour notre plus grand plaisir les consoles on énormément évoluer et quelques hack’n slash ont rejoints nos salons comme Sacred 2 : Fallen Angel qui se révéla être tout à fait de bonne qualité. Blizzard de son côté retente l’expérience sur XBox et Ps3, réussite ou échec ?

Tout d’abord la principale différence avec sa version PC et MAC est la maniabilité qui est bien supérieure, puisque grâce à nos joysticks il n’y a plus d’obligation à spammer sa souris, le personnage étant dirigé grâce au joystick gauche. Quant au joystick droit il s’occupe d’une nouvelle fonctionnalité de Diablo III, la roulade qui est exclusive à la version console. Même si son utilité n’est pas de tous les instants, cette fonction peut parfois s’avérer bien pratique. Pour les autres boutons c’est extrêmement simple : les 4 boutons de façade ainsi que R1 et R2 sont dédié aux six compétences du personnage, L1 nous fait consommer une potion de vie (ces touches sont celles de la PS3). Le bouton select, lui, fait apparaître les quêtes, l’inventaire et les Skill. Ce système fonctionne bien, est fluide et intuitif, la jouabilité est une réussite pour Blizzard. L’inventaire a été complètement repensé et amélioré, il est constitué de deux niveaux, le premier où l’on choisit le type d’objets (tête, arme, torse, etc) et une fois dans ce menu vous pouvez voir en un clin d’œil si l’équipement que vous avez ramassé est mieux ou non que votre équipement actuel et ce grâce a un système de flèche verte (positive) et rouge (négative), ce qui facilite grandement la vie du joueur.

136145844886

Dans cette version console, tout a été mis en oeuvre pour que la vie du joueur soit  facilitée, l’or et les potions sont ramassés automatiquement. En revanche, les items doivent toujours être ramassés manuellement. Tout cela nous rapproche de l’autre grand changement qui concerne le précieux butin de tout joueur de ce hack’n slash, l’hôtel des ventes a été supprimé ! Une fonction qui consistait à acheter des objets directement a d’autres joueurs, pour pallier à la disparition de vente les développeurs ont donc dû réadapter la distribution des items, maintenant il y en a plus, mais ils sont plus rares. Les objets fabriqués et vendus par les marchands sont eux aussi de meilleure qualité. Cela va donc de pouvoir posséder un stuff de bonne qualité malgré la disparition du marché entre les joueurs.

Enfin, graphiquement malgré ce que l’on pourrait penser le jeu arrive a être aussi esthétiquement agréable que sa version sur PC, ce qui peut-être expliquer par le fait que la caméra est plus proche de l’action, il y a donc moins de choses a calculer. Nous pouvons espérer que la version PS4 qui d’après le chargé de communication de Blizzard sortira au début 2014 améliorera encore ce point. Même si la version console de Diablo III vient tout juste de sortir, nous pouvons dort et déjà dire qu’elle se hisse en quasi équivalence avec sa version PC.Le studio a tout de fois procédée à quelques modifications du gameplay pour s’adapter au support console, mais qui ne sont pas des modifications de base, mais de petite chose. Le phénomène qu’est la licence Diablo n’est pas près de vivre ces derniers instants.