Patrick Drahi et Altice partent à l’assaut du marché américain

French cable operator Numericable's parent company Altice Chairman Patrick Drahi  gives a press conference in Paris on March 17, 2014. French conglomerate Vivendi said on March 14, 2013  it was entering exclusive talks with Numericable to sell its telecoms unit SFR.   AFP PHOTO  ERIC PIERMONT
French cable operator Numericable's parent company Altice Chairman Patrick Drahi gives a press conference in Paris on March 17, 2014. French conglomerate Vivendi said on March 14, 2013 it was entering exclusive talks with Numericable to sell its telecoms unit SFR. AFP PHOTO ERIC PIERMONT

TÉLÉCOMS – Voilà qui a comme un goût de Altice au pays des merveilles… Patrick Drahi, patron d’Altice, la maison-mère de Numericable vient d’annoncer qu’il achetait 70% des parts de Suddenlink Communications, le septième câblo-opérateur américain, valorisé 9,1 milliards de dollars par l’opération.

Après le rachat de SFR l’année dernière qui a donné lieu à la fusion de Numericable-SFR, après le rachat de Virgin Mobile, l’homme part donc désormais à l’assaut du marché américain sur un secteur qu’il connait bien puisque Numericable, sa première société dans le monde des télécoms, est l’un des rares câblo-opérateurs français.

En piste pour un rachat de Time Warner Cable ?

«Avec cette acquisition, le groupe Altice entre sur le grand et attractif marché du câble américain et franchit une nouvelle étape dans la diversification et l’équilibrage de son portefeuille d’activités de haute qualité» indique le communiqué de presse annonçant la prise de contrôle publié dans la nuit.

Et même si Numericable rachète un câblo-opérateur mineur, le groupe comptant seulement 1,5 million de clients répartis dans douze États, allant du Texas à la Virginie de l’Ouest, et ayant un chiffre d’affaires assez limité ce premier investissement permet à Altice et Patrick Drahi de mettre un pied outre-Atlantique pour racheter, par la suite, d’autres acteurs.

Dans les couloirs il se murmure par exemple que le milliardaire des télécoms voudrait racheter Time Warner Cable, un autre câblo-opérateur, mais beaucoup plus important. Une proie nettement plus importante puisque valorisée à près de 45 milliards de dollars et compte quelque 11 millions de clients soit dix fois plus que Suddenlink à New York et Los Angeles notamment.