Emmanuel Macron à Beyrouth : sans réformes, « le Liban continuera de s’enfoncer »

Le président français Emmanuel Macron est arrivé jeudi à Beyrouth, frappé mardi par une double explosion. Alors que les secours continuent de chercher des victimes parmi les débris, il a été accueilli par son homologue libanais, Michel Aoun.

Deux jours après les violentes explosions qui ont réduit la capitale libanaise à une ville en état d’urgence et en proie au chaos, le président français Emmanuel Macron est arrivé jeudi 6 août à Beyrouth où il a été accueilli par son homologue libanais, Michel Aoun. « Le Liban n’est pas seul », a-t-il tweeté juste avant d’arriver sur le tarmac de l’aéroport.

« Ce soutien est une évidence qui s’impose parce que c’est le Liban, parce qu’est la France. Je devais être là pour apporter cette solidarité et cette fraternité », a ensuite déclaré Emmanuel Macron tout en mettant en avant l’aide apportée par la France qui a dépêché des équipes de secouristes et du matériel. Le président français a dit vouloir aider à organiser l’aide internationale.

Un dialogue de franchise avec les institutions libanaises

« Pour moi, cette visite est aussi un dialogue de franchise à l’égard des institutions libanaises », a-t-il ajouté en faisant référence à la crise politique qui touche le pays. « Si des réformes ne sont pas faites, le Liban continuera de s’enfoncer ». « On ne vous lâchera pas », a-t-il conclu en s’adressant au peuple libanais lors de cette première déclaration.

Emmanuel Macron est le premier chef d’État à se déplacer dans ce pays depuis la catastrophe de mardi. Il y sera confronté à une situation « apocalyptique », des centaines de milliers de personnes brutalement privées de toit ou de ressources et un bilan encore provisoire d’au moins 137 morts et 5 000 blessés, selon le ministère libanais de la Santé.

Un Français au moins, l’architecte Jean-Marc Bonfils, a trouvé la mort dans la catastrophe. Vingt-quatre Français ont également été blessés, dont trois sont dans un état grave, a indiqué Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.

Accompagné par le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, Emmanuel Macron doit visiter le lieu de la catastrophe dans le port de la capitale. Des entretiens avec le président libanais, Michel Aoun, le Premier ministre Hassan Diab et le président du Parlement, Nabih Berri, sont notamment au programme de sa visite, ainsi qu’une conférence de presse aux alentours de 18h30 (17h30 heure de Paris).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *